Génétique de la robe

Pour les débutants et peut-être les autres, quelques connaissances de base sur les couleurs de robe des Norvégiens …
Qui est étonné de ce que l’accouplement de deux chats fasse naître des chatons et non pas des souris ou des grenouilles ? Personne.
Qui est étonné de ce que deux chats tabby donnent des chatons tabby ? Personne.

Cela se gâte (pour la compréhension) lorsque deux chats black (brown) tabby donnent naissance à des chatons bleus non tabby …
Un exemple – entre dix, voire plus – où la génétique trouble toute idée de ce que l’on peut voir, croire ou penser.


 

Phénotype – Génotype

 

Tout d’abord, une distinction est à faire entre ces deux termes …

 

Le phénotype est ce que l’œil voit lorsque l’on regarde un chat. Il est noir, elle est écaille. Il est roux. Le phénotype est donc l’ensemble des caractères physiques d’un individu, visible à l’œil nu.

 

Le génotype est le patrimoine hérité des deux parents, il est constitué d’un ensemble de gènes et n’est pas directement visible en regardant un chat. C’est le génotype d’un chat qui détermine son phénotype.
C’est la redécouverte, en 1900, des travaux entrepris sur les petits pois, par un moine autrichien Grégor Mendel, qui a bouleversé les idées précédentes sur l’hérédité et a posé les bases d’une science nouvelle. Mendel a isolé les caractères qui se combinent pour former un être. Ces caractères sont gouvernés par des unités d’hérédité que Mendel appelait facteurs mais que l’on connaît maintenant sous le nom de gènes. Ceux-ci sont portés par les chromosomes.

Haut de page

 

Gène & allèles

 

Les chromosomes sont en nombre pair chez les individus normaux. Chaque paire est constituée d’un chromosome issu de l’ovule (cellule sexuelle femelle) et d’un chromosome issu du spermatozoïde (cellule sexuelle mâle).
Chaque chat apporte la moitié de son patrimoine génétique dans la formation d’un chaton. Le chaton reçoit donc un chromosome de son père et un chromosome de sa mère pour chacune des paires.

 

Chaque chromosome est divisé en multiples portions constituant des gènes. Pour un gène donné, il existe plusieurs versions différentes, on parle d'allèles. Chacun de ces allèles peut visuellement donner une caractéristique différente pour un caractère donné.

 

 
Un allèle est dit dominant lorsque sa présence sur un seul chromosome de la paire suffit à assurer son expression sur le phénotype. Il est symbolisé par une lettre majuscule.
Il est dit récessif lorsque sa présence est nécessaire sur les deux chromosomes de la paire pour s’exprimer et est symbolisé par une lettre minuscule.


 

Haut de page

 

Le gène responsable de la couleur de base

 

Chez le chat, le gène responsable de la couleur de base est noté B, il existe 3 allèles différents.
Le Norvégien n'est reconnu qu'avec l'allèle B qui donne une couleur de base noire. Les Norvégiens sont donc génétiquement noirs, ils sont dits brown tabby ou noirs (non agouti).
La différence entre les couleurs brown tabby et noir est liée à deux autres gènes, les gènes A (agouti) et T (tabby).

Haut de page

 

Les gènes responsables des marques tabby

 

Deux gènes régissent le marquage chez le chat : A et T.

 

L'allèle A détermine la présence de poils clairs rayés de sombre (poils tigrés ou agouti) alors que l'allèle a donne des poils uniformément foncés (poils unis).
Ainsi, le chat {A-} est tabby (tigré) alors que le chat {aa} est non-agouti (noir par exemple).

La répartition sur le corps et la proportion des poils tigrés (par rapport aux poils unis) sont déterminées par le gène T qui définit le type de marquage.
Deux allèles existent sur ce gène : T dit mackerel ou tigré, (50% poils unis, 50% poils agouti : les flancs du chat sont rayés) et tb dit blotched, marbré ou classic (proportion supérieure de poils unis aux poils agouti : les flancs du chat présentent de grosses taches foncées).

  mackerel à gauche : brown mackerel tabby et blanc

à droite : brown blotched tabby et blanc

blotched  

Haut de page

 

Le gène responsable des roux et des torbie (écaille)

 

Ces couleurs de robe font intervenir le gène B responsable de la couleur de base et le gène orange O.

L'allèle O remplace le pigment noir par le pigment orange alors que l'allèle O+ donne une couleur de base noire.
Ce gène O est situé sur le chromosome X. Comme les individus mâles possèdent tous un unique chromosome X, ils ne possèdent qu'un allèle du gène O (car un seul chromosome X) et sont forcément roux ou noirs.
Par contre, les femelles possèdent deux chromosomes X :elles peuvent donc porter soit l'allèle O+ en double exemplaire (et sont noires), soit l'allèle O en double exemplaire (et sont rousses) ou encore un allèle O et un allèle O+ (et sont écaille ou torbie, ce qui correspond à un mélange de roux et de noir).

 

  ♂ roux + ♀ rousse --> chatons ♂ et ♀ roux  
  ♂ roux + ♀ écaille --> chatons ♂ roux ou noirs (*),
chatons ♀ rousses ou écaille
 
  ♂ roux + ♀ noire (*) --> chatons ♂ noirs (*), ♀ écaille  
  ♂ noir (*) + ♀ rousse --> chatons ♂ roux, ♀ écaille  
  ♂ noir (*) + ♀ écaille --> chatons ♂ roux ou noirs (*),
chatons ♀ écaille ou noires.
 

(*) Bien entendu, noir signifie brown tabby si le chat porte l'allèle A ou noir non-agouti si le chat porte deux allèles a.

 
tortie
à gauche : Femelle tortie (écaille) tabby et blanc

à droite : Mâle roux tabby et blanc

roux  

Haut de page

 

Le gène responsable de la robe diluée

 

Ce gène est noté D, il compte deux allèles. L'allèle D donne la couleur de base normale alors que l'allèle d donne une robe diluée (bleu, crème ou bleu-crème selon les allèles portés sur le gène O).
Comme cet allèle est récessif, la transmission de ce caractère peut sauter plusieurs générations. De plus, pour voir naître des chatons dilués, il faut au moins que les deux parents soient porteurs de l'allèle d.
ci-contre : Mère bleu crème tabby, chaton bleu tabby
dilué
 

Haut de page

 

Le gène responsable de la robe silver

 

… ou le smoke qui est la déclinaison du silver en non-agouti.
Les poils silver et smoke n’ont pas de pigment à la base et leur racine est argentée.
Ce caractère est déterminé par le gène I : I donne un chat silver et i donne un chat non silver. Comme l'allèle I est dominant, la naissance de chatons silver ou smoke implique obligatoirement qu'un des parents au moins soit silver ou smoke.
Le silver peut exister en combinaison avec toutes les autres couleurs du Norvégien : black silver, bleu silver, roux silver (ou smoke) …

 

 
silver
à gauche : Chaton black silver tabby

à droite : Chat black smoke (non-agouti)

smoke  

Haut de page

Les gènes responsables du blanc

 

Chez le chat, deux gènes régissent le blanc : le gène S et le gène W.

 

Les marques blanches sont dues à l'action du gène S, pour lequel on dénombre deux allèles : S donne des marques blanches, s donne un chat sans blanc.
La répartition et l’importance des taches blanches sont des caractères phénotypiques très difficiles à comprendre et à gérer car ils sont sous la dépendance de multiples gènes mineurs (= polygènes) toujours inconnus qui viennent modifier l'action du gène S.
Pour cette raison, la couleur avec ou sans blanc des parents et des ancêtres ne suffisent pas toujours à expliquer la couleur des descendants.

ci-contre : Femelle tortie (écaille) arlequin
arlequin
 

 

Un deuxième gène, W, est impliqué dans le blanc. Les chats {ww} sont de couleur normale (brown, bleu, roux, tabby ou non, silver ou non etc …).
Par contre, l'allèle W donne un chat uniformément blanc et cache l'expression des autres allèles de couleur que portent le chat.
A la naissance, les chatons blancs peuvent avoir une tache sur la tête qui annonce leur couleur cachée. Elle disparaît à la première mue.

blanc
 

Haut de page

 

Le gène responsable de la robe ambre

 

Ce gène est noté E et compte deux allèles. L'allèle E est la seule forme connue de ce gène dans les autres races félines, il donne une couleur de base normale (brown tabby ou noir).

L'allèle e donne la couleur ambre, il n'est décrit à ce jour que chez le Norvégien, il empêche la production de pigment noir et du pigment fauve est donc déposé dans le poil. Ce pigment fauve est différent du pigment orange précédemment décrit.

La couleur ambre peut exister en association avec tous les autres allèles de couleur (tabby ou non, dilué, silver, etc.) sauf avec les allèles O (orange) et W (blanc) qui cachent son expression.
De plus, les interactions de cet allèle e avec les gènes A & T sont toujours en cours d’étude car elles sont responsables de robes très particulières, en couleur et en évolution : les gueules noires ou ambre non-agouti ou encore l’évolution des couleurs des ambre d’une robe foncée à la naissance à une robe fauve à l’âge adulte.

Comme cet allèle est récessif, la transmission de ce caractère peut sauter plusieurs générations. De plus, pour voir naître des chatons ambre, il faut au moins que les deux parents soient porteurs de l'allèle e.

ambre
 

Haut de page

Application pratique

 

Un chat bleu a obligatoirement une paire de chromosomes {dd} (homozygote pour l'allèle d). Un chat noir peut avoir une paire de chromosome {Dd} (ce chat est donc hétérozygote pour l’allèle d).
Dans ce cas, il est porteur de dilution et marié avec une minette bleue ou porteuse de bleu, des chatons bleus pourront naître de ce mariage.
Par contre, un chat noir {DD} n’a aucune chance d’avoir des chatons bleus même s'il est marié à une chatte bleue {dd}.

 

tableau 1
tableau 2
tableau 3

Le mariage d’un chat noir homozygote {DD} et d’un chat bleu homozygote {dd} donne une descendance entièrement noire.
Chaque chaton aura reçu un allèle noir D. Le noir étant dominant, ils seront tous noirs, hétérozygotes et porteurs de bleu. C’est la génération F1.

Si l’on accouplait deux chats de la génération F1, en observant les croisements possibles, on obtiendrait théoriquement 1 noir homozygote {DD}, 2 noirs hétérozygotes {Dd} et un bleu homozygote {dd}.

En remariant un chat noir hétérozygote{Dd} de la génération F1 avec son parent bleu homozygote {dd}, on obtiendrait théoriquement 2 chats noirs hétérozygotes {Dd} et 2 chats bleus homozygotes {dd}.

 

Haut de page

 

Les yeux

 

La couleur des yeux est déterminée par des systèmes polygéniques donc très difficile à comprendre et à gérer d’un point de vue sélection : tous les intermédiaires de teintes existent chez les Norvégiens depuis le vert émeraude jusqu’au bleu en passant par le cuivre.

 

Les chats uniformément blancs peuvent par exemple arborer des yeux de couleur jaune à cuivre, vert, bleu clair ou même vairon (yeux de couleurs différentes).

Les chats bicolores ou même ceux présentant quelques marques blanches peuvent aussi arborer des yeux bleus (avec un bleu souvent plus profond que les chats complètement blancs) ou des yeux vairons.

Il existe des gènes communs qui déterminent la pigmentation des poils et celle des yeux, mais ces phénomènes ne sont pas encore parfaitement compris.

Haut de page