Histoire

Il y a des siècles, de très grands chats en Norvège...

Les Vikings emmenaient-ils leurs chats lors de leurs expéditions vers des terres connues ou inconnues ? ... ou les ont-ils ramenés de ces contrées lointaines ?

Il est probable que l'arrivée à l'époque préhistorique de chats à poils courts venus de l'Europe du Sud serait à l'origine de la race, par une sélection naturelle des individus capables de développer une fourrure épaisse et de ce fait, de résister au rigoureux climat de la Norvège.

Un prêtre danois qui vivait en Norvège dans les années 1550, Peter Clausson Friis et qui s'intéressait beaucoup à la faune et à la flore avait subdivisé le lynx norvégien en trois classes ; le loup-lynx, le renard-lynx et le chat lynx. Plus tard, il est apparu que, ce que Peter Clausson Friis appelait chat-lynx, était tout simplement un chat des forêts norvégiennes. Sa ressemblance physique avec le lynx (grandeur, collerette, plumets aux oreilles) se trouvait confortée par son habileté à attraper les poissons dans les lacs et les ruisseaux...comme le lynx

Au fil des siècles, de nombreux contes et légendes avaient évoqué la présence en Scandinavie de grands chats. Blancs étaient ceux qui tiraient le char de Freya, la déesse de la fertilité et de l'amour ? Etait-ce ce chat que le Dieu Thor était incapable de soulever à cause de son poids ? Qui sait...

 

le XXème siècle: la Norvège découvre le skogkatt et le protège.

Pan's TrulsEn 1912, l'auteur norvégien Gabriel Scott écrit un livre pour enfants dont le personnage principal est un chat des forêts nommé Solvfaks.

Dans les années 30, les Norvégiens commencèrent à s' intéresser à ce représentant de leur faune. Au début des années 70, furent mis en place de véritables programmes de reproduction. Ceux-ci résultaient de la constatation suivante : la ruralisation des contrées norvégiennes allait amener une possibilité de survie des chats à poils courts. En effet génétiquement, le croisement entre des chats à poils courts et des chats à poils longs donne des chats à poils courts et donc la race pouvait disparaître.

1976 c'est la reconnaissance de la race par la FIFe, la plus grande organisation internationale de chat en Europe. A cette occasion, le journal télévisé norvégien mettait "à la une" l'évènement. La vedette du jour Pan's Trul était venu accueillir à l'aéroport ceux qui avaient défendu le dossier à Paris.

Un grand travail de recherche commença pour trouver des lignées apportant une diversité de gènes. Les chats découverts... dans des fermes... chez des particuliers... devaient passer un examen devant des Juges qui décidaient de leur conformité au Standard. C'était des "novices". Ce travail dura jusqu'en 1990, année où il fut décidé l'arrêt de l'admission des novices. Les plus grands éleveurs d'alors, les "Pionniers" étaient Else Nylund, Randi et Arild Grotterod, sous les affixes de "Pan" pour la première et de "Torvmyra" pour la famille Grotterod. Il n'est pas rare de voir 20 ans plus tard, sur nos pedigrees ces affixes qui ont "fait" la race.

 

 1982 : les "skogkatt" débarquent en France

EC Fjord Fenomen de la Pendjari M.D.C'est en 1982 que les premiers sujets sont apparus en France : Bonzo av Hogloft et El Toros Ulrike. Tous deux étaient venus de Norvège et appartenaient à M. et Mme Briole. Puis, ce furent les enfants d'un couple à l'affixe Torvmyra, Terek et Othilina qui se firent remarquer notamment sur les podiums. Terek et Othilina appartenaient à Mme Rocchi qui vivait en Belgique et élevait des chats à l'affixe de la Pendjari.
Asbjorn, Drakkar
et Fjord Fenomen de la Pendjari arrivèrent donc en France. Fjord Fenomen, né en 1988, fut le premier Norvégien à "faire carrière". Champion d'Europe 18 Best in Show... 2ème au Best des Best à Paris en 1989... 17 Best Variété... le titre de Mérite Distingué (plus de 10 Champions Internationaux dans sa descendance), Fjord doté en plus d'un caractère exceptionnel, a contribué grandement à provoquer l'intérêt du public.

Toujours dans les années 80, un étalon fut aussi très remarqué, chez les Indépendants : Troll v.d Lauterburg, importé d'Allemagne.

Les élevages se sont multipliés au fil des années. Au départ, la base de ces élevages a souvent été des chats achetés en France. Puis de plus en plus, de nouveaux reproducteurs ont été importés de différents pays aussi bien de pays scandinaves que de Suisse, d'Italie, d'Allemagne, des Pays-Bas. Les éleveurs francais s'efforcent d'améliorer la race en recherchant les meilleurs mariages possibles.

L'élevage francais ne compte pas, contrairement à certains pays, pas ou peu de grandes concentrations de reproducteurs. Il est d'autre part, assez rare que les éleveurs de Skogkatt élèvent plusieurs races.

 

Et maintenant ...

Pour tous ceux qui sont intéressés par les statistiques concernant la race, celles générées par le LOOF indiquent la naissance de 7.785 chatons (années 2003 à 2011) soit 6,16 % des pedigrees demandés, toutes races confondues. Cela place le Norvégien à la 5e place des races en nombre de naissances sur la période.

Voir toutes les statistiques. Celles-ci concernent le pool des reproducteurs, étalons et femelles, la taille des portées, le nombre de pedigrees par année et les éleveurs.