Le gène orange

La génétique du gène orange par Marc Peterschmitt

La couleur orange du chat interpelle les généticiens depuis les années 50: très vite, le pigment orange a été différencié du pigment fauve (alors nommé phaeomélanine) et baptisé trichochrome ; ce pigment peut donner des teintes allant du jaune sable au rouge orange, et cette grande variabilité est vraisemblablement liée aux polygènes du rufisme.

La molécule du trichochrome est chimiquement riche en soufre et vraisemblablement très proche de la structure de la phaeomélanine, ce qui explique d’ailleurs pourquoi une grosse proportion des couleurs ambre tabby rufusée (l’ambre étant un pigment phaeomélanique, fauve) évolue vers une teinte très orangée à l’âge adulte.
A noter toutefois que le mode d’apparition du trichochrome est complètement différent de celui de la phaeomélanine, puisque la couleur orange est codominante et vient remplacer ou accompagner le pigment noir alors que la couleur fauve est récessive (mutation ambre), ou parfois dominante (mutation sur agouti ou d’autres gènes) et est synthétisée par défaut (quand la synthèse du pigment noir est impossible).
Cette mutation orange garde de nombreux secrets et constitue une de ces nombreuses particularités génétiques du chat : rien d’étonnant donc si le fonctionnement moléculaire exact n’est aujourd’hui toujours pas compris et n’ont trouvé jusqu’alors aucun homologue dans les autres espèces animales. En effet, les couleurs fauves ou noires et fauves connues dans les autres espèces animales (telle que celle du cobaye) n’ont strictement rien à voir avec la mutation orange du chat, qui concerne un gène localisé sur le chromosome sexuel X (et sans équivalent sur le chromosome Y du mâle) et est codominante avec la version sauvage du gène qui donne une couleur noire. Codominance signifie que les deux versions du gène (XO = orange et XO+ = noir) s’expriment chez un individu lorsque les deux sont présentes chez ce chat.
 On obtient dans ce cas un chat classiquement appelé « écaille » ou « écaille de tortue » selon l’absence ou la présence de blanc.
 En résumé, tous ces gènes, orange, extension (ambre), agouti, golden, shaded et sans doute de nombreux autres encore non identifiés, interviennent dans une étape très complexe de la pigmentation et présentent des interactions entre eux tout aussi complexes, et parfois similaires.
Par exemple, entre l’ambre et l’orange, les marques tabby fantômes sont très prononcées sur les robes unies (également dites non-agouti, solid ou self), raison pour laquelle il est souvent difficile de distinguer un orange solid d’un orange tabby pour un éleveur inexpérimenté. Cet exercice est encore plus difficile quand on ne connaît pas la couleur des parents. Chez les chattes écailles, l’identification de la couleur est facilitée par les régions noires sur lesquelles le patron tabby est généralement bien visible.
En pratique, le fonctionnement au niveau cellulaire est beaucoup plus complexe et relève du mécanisme d’inactivation d’un des deux chromosomes X. Chez la femelle possédant deux chromosomes X (contrairement au mâle qui porte un chromosome X et un chromosome Y), chaque cellule pigmentaire ne laissera exprimer qu’un des deux chromosomes X, donc qu’une des deux versions du gène, la noire ou l’orange : ce fonctionnement sera responsable de l’apparition de taches orange versus les taches noires qui seront plus ou moins bien individualisées en présence de blanc.
Les  différentes couleurs possibles sont les suivantes, avec ou sans blanc : 
 XOXO = chatte rousse ou orange
XO+XO+ = chatte noire
XO+XO+ = chatte écaille
XO+Y= chat noir
XOY= chat orange
 Pour aller plus loin, le tableau ci-dessous présente les différentes combinaisons de mariages possibles et les résultats théoriquement obtenus.

 

MARIAGE

DESCENDANTS

Femelle

 

Mâle

Mâles

Femelles

Couleur

Orange

Noir

Orange

Noire

Ecaille

Orange

Orange

100%

0%

100%

0%

0%

Noire

Orange

0%

100%

0%

0%

100%

Ecaille

Orange

50%

50%

50%

0%

50%

Orange

Noir

100%

0%

0%

0%

100%

Noire

Noir

0%

100%

0%

100%

0%

Ecaille

Noir

50%

50%

0%

50%

50%

 
La couleur écaille est normalement impossible chez un mâle, sauf lorsque la génétique s’en mêle … Les mâles écailles peuvent en effet exceptionnellement exister et sont la conséquence de 3 anomalies majeures.
  • une mutation somatique spontanée affectant la version orange : cette mutation va inverser le processus et entraîner un dépôt de pigment noir à la place du trichochrome. Lorsque la mutation intervient tardivement lors de la formation du fœtus, elle ne s’exprime que par des spots noirs localisés. Par contre, si elle intervient précocement, le chat présente une robe comparable à la couleur écaille classique. Cet incident peut concerner TOUS les chats orange (mâle et femelle), ces chats sont fertiles et se reproduisent comme des chats orange.
  • Syndrome de Klinefelter XXY (trisomie) : le mâle possède deux chromosomes X et un chromosome Y. Ces mâles sont systématiquement stériles.
  • Le mélange des sangs fœtaux durant la gestation est parfois responsable du passage de cellules entre les fœtus femelles et mâles. Un chaton mâle peut donc posséder ses cellules (XY) originelles, mais aussi des cellules de ses frères et sœurs, qui ne sont pas forcément de la même couleur.Ceci peut faire apparaître la couleur écaille, pour peu que ses frères et sœurs soient de couleurs différentes de la sienne. Ces mâles sont toujours fertiles et ils pourront soit se reproduire comme des chats orange ou comme des chats noirs, selon leur statut génétique originel.

Tabby or not tabby ?

Il est très souvent difficile de déterminer si un chat orange ou une tortie est tabby ou pas.

Par exemple le chat ci-contre affiche de nombreuses marques tabby très marquées mais il ne l’est pas.

C’est la couleur de son menton qui le détermine.

 

 

 

 

 

 

Mais qui sont ces chattes étonnantes ?

  male red

ficcccccn du doc