Restless Caramel Chew Chew

Par Alexandra Besson

Quand S*Restless Winterfell, jeune male au somptueux manteau de neige, a été couronné Scandinavian Winner 2013 en septembre dernier, l’envie nous est venue de donner la parole à son éleveuse, Ulrica Wilderang. Et selon son vœu, notre champion du jour, c’est le père de Winterfell, SC S*Restless Caramel Chew Chew JW DVM, superbe mâle brown tabby mackerell et blanc célèbre pour ses magnifiques résultats et sa nombreuse descendance.

Sa propriétaire, Camilla Wester (chatterie Viento’s*S), a bien voulu nous raconter la vie avec ce beau chat qu’elle adore, et à travers lui, son éleveuse Ulrica nous parle des Norvégiens qui naissent sous l’affixe Restless à Sätila, au sud de la Suède, et qui ont su séduire depuis seize ans nombre de passionnés à travers le monde par leur look et leur qualité.

S*Restless Winterfell

Rencontre.

Camilla nous parle d’un véritable coup de foudre pour Caramel, dès le premier regard. « Je suis allée rendre visite à Ulrica pour le plaisir, sans aucune intention d’acheter un chaton, encore moins un mâle. Je suis entrée dans la maison, et le premier chat que j’ai vu, c’était Caramel. Je suis tombée amoureuse illico, et toutes mes résolutions, les mises en gardes de ma fille aînée qui m’avaient conseillé de ne pas craquer, se sont envolées aussitôt. J’ai immédiatement demandé à Ulrica si Caramel pouvait être mon chat, et je me souviens de la joie que j’ai ressentie quand elle a accepté, quelques jours plus tard. Je ne l’ai jamais regretté. Pour moi, il a tout : un look merveilleux et un caractère en or. Il ne se contente pas d’être ma fierté en exposition, il fait battre mon cœur dès que je le vois. »

Caramel a en effet de nombreux succès à son actif : il a achevé son cursus à la Mondiale cet octobre à Aalborg, devenant Suprême Champion FIFe, et a engrangé à ce jour 19 Best Variété – ce qui l’autorise à porter le titre de Distinguished Variety Merit – et 18 Best in Show, dont 10 en classe chaton, ce qui fait de lui un Junior Winner.

Camilla garde un souvenir émue de sa toute première expo, où Caramel, jugé par Luigi Comorio, a remporté le BIV et la NOM contre une foule de chats plus âgés, puis le Best in Show sous le regard incrédule de sa propriétaire tremblante et toute rouge d’émotion.

Un autre souvenir la fait sourire, celui du jour où elle a amené Caramel en exposition uniquement pour qu’il puisse tenir compagnie à sa fille S*Zimexis Elektra Rose, alors qu’il n’était alors pas en condition, et que contre toute attente, Caramel a été BIV, BIS et Best of Best ce jour-là.

Nous avons bien affaire à un show cat extraordinaire, calme et tranquille dans la cage, ce qui fait de lui le compagnon de choix des chatons découvrant les expos, mais qui se réveille aussitôt qu’il est porté pour déployer tous ses charmes.

S*Restless Caramel Chew Chew à 12 semaines

Pour Camilla, la relation qu’elle entretient avec lui est ce qu’il y a de plus magique : « Caramel adore mes deux enfants, mais c’est moi qu’il a choisie pour être « son » humaine à lui, et c’est toujours moi qu’il recherche quand il veut qu’on le câline, et c’est avec moi qu’il vient dormir la nuit. Souvent, il vient me réveiller le matin, le week-end : il s’allonge tout près de mon visage, puis il pose sa patte sur ma joue pour me dire bonjour. Il a un caractère merveilleux : il vit dans la maison avec nous, je dois simplement faire attention à le séparer des femelles quand elles tombent en chaleur. C’est un vrai casanova, mais j’ai de la chance, il chante mais il ne marque pas, et il est très calme et doux. Toutes mes femelles l’adorent. En tant que mâle d’élevage, il fait son « travail » très sérieusement, et ne se laisse pas déconcentrer si je l’aide en repositionnant une femelle un peu trop contorsionniste. Ce chat est un rêve, et je suis profondément attachée à lui. »

 

S* Restless Tristan

Pour Ulrica, Caramel est aussi le résultat de plusieurs générations de travail.Il est le fils de deux Restless, Anansi et Tristan, et cela touche tout particulièrement son éleveuse : « Quand j’étais une jeune éleveuse, je me souviens d’avoir vu parfois des pedigrees où le même affixe se répétait sur plusieurs générations, et je demandais si j’y parviendrais un jour, moi aussi.

Pas juste pour le plaisir de voir notre nom apparaître à plusieurs reprises, mais pour le défi que cela constituait : être capable d’avancer, sur plusieurs générations, dans la direction qui nous paraissait être juste, et créer des Norvégiens qui correspondent à notre vision de cette race superbe.

Ce n’est qu’en 2010, soit treize ans après le début de mon élevage, que j’ai eu l’opportunité de combiner pour la première fois deux chats Restless, et c’était très stimulant pour moi. J’ai adoré le résultat.

 

 S*Restless Anansi

J’ai tout de suite eu un coup de cœur pour Caramel Chew Chew, et il a été le seul de la portée à partir en élevage. Nous ne pouvions pas le garder, malgré l’ampleur de la tentation, mais nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir le confier à Camilla, et de l’utiliser par la suite dans notre élevage. »

Caramel a eu un rôle important de reproducteur ces dernières années, puisqu’il a effectué plusieurs saillies chez Camilla, chez Ulrica et chez d’autres éleveurs suédois. Chez Ulrica, Caramel a sailli S*Animaniac’s Bridget Jones DM (une chatte dont le père et la grand-mère sont eux même made inRestless) et CH Garance de Ramatuelle*BE, donnant un Scandinavian Winner et deux Junior Winners.Camilla comme Ulrica croient profondément à l’importance de la coopération entre éleveurs afin de parvenir, sur plusieurs générations, à améliorer la qualité d’un programme d’élevage et, in fine, de la race elle-même. Car pour Ulrica, il s’agit bien à la fois de préserver les caractéristiques fondamentales du Norvégien, et de les améliorer en renforçant les aspects techniques les plus essentiels, en créant des chats qu’elle qualifierait « d’extrêmement harmonieux », dont le look est reconnaissable sur plusieurs générations, et dont les caractéristiques techniques ne se perdent pas.

Caramel Chew Chew à 4 ans

Un chat en particulier a été essentiel pour Restless : EC Killix Enigma, DM – le titre de Distinguished Merit, accordé aux mâles dont dix descendants ont été sacrés champions internationaux FIFe, dit bien en lui-même l’impact d’Enigma sur l’élevage Restless, et sur bien d’autres par la suite. « Le jour où nous avons découvert Enigma sur le site de son éleveuse, après avoir suivi deux autres portées issues des mêmes parents, nous avons compris qu’il était le chat qu’il nous fallait, même si nous n’étions pas à la recherche d’un chat brown tabby blotched. 

A cette époque, il n’était pas facile d’importer un chat danois en Suède, et c’est pourquoi il est arrivé chez nous à l’âge de neuf mois, déjà fertile et déjà papa, et sa toute première expo a été le Scandinavian Winner Show, où il fut BIV et NOM.

Il avait l’ossature et la qualité de fourrure que je voulais récupérer des lignées danoises, et quand on compare à la situation d’aujourd’hui, cela paraît étrange de se dire qu’il était plus grand et costaud que beaucoup d’autres mâles qu’on voyait en Suède à ce moment-là. Enigma a été une véritable légende à son époque, il avait des fans partout dans le monde.

Ses chatons étaient superbes, et Enigma transmettait merveilleusement son look et son caractère. Encore aujourd’hui, lorsque nous surfons sur le web et regardons des photos de chatons que plusieurs générations séparent d’Enigma, nous voyons son empreinte se transmettre, et son étoile briller. Ces caractéristiques qui rendaient Enigma si spécial ont façonné le look Restless, et nous voulons préserver cela.»

Killix Enigma, DM

 « Strong look », un look puissant, c’est ce que Ulrica cherche à obtenir avec les chats issus de son élevage, et cela s’appuie sur des mentons forts, des triangles nets, d’excellentes qualités de fourrure et un look sauvage. Bien que plusieurs chats Restless aient eu de beaux succès en expo, Ulrica précise qu’elle ne s’attend pas forcément à ce que ses chatons soient des bêtes de show, car c’est bien l’harmonie générale qu’elle recherche, et non la focalisation sur un point poussé à l’extrême, comme par exemple de très grandes oreilles – cela lui fait donc encore plus plaisir quand des chats qui ne cèdent pas à la mode font malgré tout le BIS.

Pour Ulrica, Restless Caramel Chew Chew n’est pas le chat parfait (« le chat parfait n’est pas encore né ! »), mais un bon exemple de ce que doit être un chat Restless à ses yeux, un chat dont le tempérament lui permet de vivre harmonieusement avec sa famille humaine et féline, un beau chat et un bon reproducteur. « Si j’avais quelque chose à redire, j’aimerais que ses yeux soient un peu moins enfoncés, et que de beaux plumets triangulaires viennent se poser sur ses oreilles. Mais c’est un beau chat et un chat extrêmement gentil. »

Car Ulrica insiste également sur l’importance pour elle du caractère, typiquement norvégien, sociable et extraverti, qu’il faut préserver.

Elle nous confie aussi quel rôle joue pour elle l’étude de pedigree quand elle cherche une saillie ou un chaton, et dit à quel point, en lisant un pedigree sur plusieurs générations, elle ressent une sorte d’intuition de la compatibilité du chat qui l’intéresse et des siens – une forme « d’instinct d’éleveur », peut-être ? Enfin, un autre élément est absolument incontournable à ses yeux : la santé.

« La santé a toujours été essentielle pour moi, et dès le début de mon élevage, cela signifiait concrètement que je devais orienter ma sélection pour obtenir des portées où aucun chaton n’aurait de souci. En effet, comme tous les éleveurs, il nous est déjà arrivé de devoir faire face à certains problèmes, en particulier durant les dix premières années de notre élevage, mais nous avons travaillé dur pour les réduire, puis les éliminer.

Nous avons également choisi de dépister systématiquement un certain nombre de maladies, soit par test génétique quand cela est possible, soit par échographie, comme par exemple la HCM : nous avons commencé à tester en 2005, et nous testons chaque chat aussi longtemps que le prescrivent les cardiologues. Afin de maintenir la race en bonne santé, je considère également qu’il est très important d’utiliser le plus de chats possibles en élevage, et de faire attention à garder un pool génétique large. Je crois par exemple qu’il est dangereux d’éliminer d’un plan d’élevage tous les porteurs de telle ou telle maladie récessive, car elles sont faciles à gérer, et qu’il existe probablement un grand nombre d’autres maladies qui sont encore inconnues à ce jour.

Un manque de variabilité génétique au sein d’une race accroît le risque de voir les maladies surgir – c’est sans doute mon expérience professionnelle dans les domaines de la statistique, de la génétique et de la santé qui influence beaucoup ma vision de l’élevage. C’est dans cette optique de préservation du pool génétique que j’essaie de placer certains chatons mâles chez des particuliers qui acceptent de les garder entiers, afin qu’ils puissent avoir quelques portées (dans ma chatterie ou dans une chatterie amie). Chaque individu utilisé en élevage contribue différemment à la race et apporte un matériel génétique différent – même au sein d’une même portée, le frère et la sœur ne portent pas les mêmes gènes (car combien y a-t-il de vrais jumeaux au sein de la population féline ?). J’essaie également d’utiliser parfois des mâles moins connus, venant de lignées plus rares, en saillie. C’est toujours à la fois excitant et perturbant d’utiliser une lignée complètement différente de celles que nous connaissons. Même en étudiant bien le pedigree, des choses inattendues peuvent surgir, des choses que l’on voit, et d’autres qui restent invisibles. Mais à ce jour, nos chats d’élevage ont prouvé leur fiabilité sur plusieurs générations, et nous espérons bien ne pas avoir de mauvaises surprises à l’avenir. »

Car Ulrica continue à construire son programme d’élevage, et notre champion du jour, Caramel Chew Chew, y a contribué : de chacune des deux portées dont il est le père, un chaton est resté à l’élevage Restless.

« La première portée de Caramel chez nous, avec S*Animaniac’s Bridget Jones DM, était très particulière à nos yeux : cinq chats Restless dans le pedigree, dont nos chats de fondation les plus précieux : Enigma, Kiwawa, Älva et China.

Nous avons gardé Naboo, dont le type et le caractère merveilleux nous rappellent fortement une de nos premières femelles, CH Street Tigers Kiwawa, une chatte irrésistible, avec une excellente ossature, un superbe menton et une fourrure remarquable.

Quatre générations après Kiwawa, Naboo en est la version améliorée, notamment au niveau du profil et du triangle. Nous pensons qu’elle sera une excellente femelle d’élevage. Pour sa prochaine portée, elle sera mariée à un mâle avec un profil un peu plus long et des oreilles un peu plus grandes, afin d’améliorer encore les aspects techniques.

Restless Naboo

 

Nous avons également gardé la blanche Eyrie, la fille de CH Garance de Ramatuelle*BE, et nous verrons au fil du temps si nous souhaitons l’inclure dans nos plans d’élevage. Elle est superbe et facétieuse, mais nous devons d’abord faire un certain nombre de tests de santé (dont le test BAER) avant de pouvoir penser à la reproduction. En ce moment même, nous avons une autre portée née de deux chats Restless, et j’adore les voir grandir et me souvenir de leurs ancêtres. C’est très excitant pour nous de travailler avec des chats « faits maison », et un vrai défi : se rapprocher de notre chat de rêve.»

Le magnifique Caramel au cœur d’or aura sans aucun doute aidé Ulrica et Camilla, que nous remercions pour leur participation, à avancer en direction de ce bel idéal.